LES ABSENTS - CHYPRE (2017)

 

 

Exposition "Side Stories" - du 5 au 30 Octobre 2017 - Center of Cultural Heritage - 10 Alexander the Great - Old Lefkosia 1010 - Chypre

 

Je dois avouer que je connaissais mal l’histoire de Chypre avant d’y atterrir il y a quelques temps pour la première fois. Et je ne savais pas à quoi m’attendre. La surprise n’en a été que plus grande : au-delà de la gentillesse de ses habitants, et de la beauté de cette terre aride, j’ai été envouté par son histoire.

 

Son passé, mais aussi l’histoire que l’île a à raconter.

 

Lors de mes premiers pas dans les ruelles étroites de Nicosie, j’ai été tout de suite frappé par l’absence, l’absence de toutes ces personnes parties, déplacées de l’autre côté d’un mur comme on en voit plus ailleurs dans le monde. Mon propos n’est pas de choquer, j’ai simplement voulu montrer mon ressenti à travers les photos présentées ici : il est en effet impossible d’ignorer cette cicatrice qui coupe une île en deux et qui ne veut pas se refermer, ces nombreuses maisons dont les volets sont clos depuis quarante ans, ces guérites où des soldats surveillent les curieux qui, comme moi, n’ont envie que d’une chose : se rendre en douce dans cette zone interdite, poussé par la curiosité.

 

 

C’est donc l’absence qui sert de fil conducteur à cette série d’images. Personne n’y apparaît, volontairement, je me suis focalisé sur des lieux où le sentiment que quelqu'un vient de partir prédomine, ayant laissé tout en place sans s’attarder. Une vitrine de café, une devanture de boutique, des voitures à l’abandon : autant de lieux désertés et parfois figés dans le passé. C’est l’histoire que je souhaite raconter ici.

 

I must confess that I didn’t know a lot about Cyprus before I landed there for the first time. And I didn’t know what to expect. What I found was mesmerizing: more than the kindness of its people and the beauty of its dry lands, it was its history that I became passionate about.

 

Not only its history, but also the story the island has to tell.

 

When I first walked the narrow streets of Nicosia, I was immediately struck by the absence, the absence of the people long gone, displaced to the other side of a type of wall which we don’t see elsewhere in the world anymore. My intention isn’t to shock the people visiting the exhibition, it is simply to show my feelings through these photographs: it is indeed impossible to ignore the scar which splits the island in two and which won’t close, the many houses which blinds have been closed for forty years, the sentry towers from which soldiers watch the curious people who, like me, only want one thing: to go discreetly in this forbidden zone, pushed by curiosity.

 

 

The concept of absence, therefore, is central to this series of photographs. Nobody, or almost no one, appear in them, as I deliberately pointed my camera at places that give the feeling that someone just left, leaving everything behind in a hurry. A shop window, a storefront, abandoned cars: so many places deserted and sometimes frozen in the past. This is the story I would like to tell you today.